Section d’art et d’histoire

Section d’art et d’histoire 2020-09-11T15:22:38+00:00

Deux salles évoquent le passé de la ville de Saverne et du château.

La première salle est dédiée au patrimoine religieux et aux châteaux-forts des environs de Saverne.

Des sculptures sur bois polychrome datées du XVe au XVIIIe siècle proviennent de l’église Notre-Dame de la Nativité, de l’église du couvent des Récollets, de l’ancienne chapelle Sainte-Catherine de l’hôpital détruite en 1941 et de la grotte Saint-Vit. Le groupe la Vierge et deux anges de la fin du XVe siècle provenant de la chapelle Saint-Michel de l’église Notre-Dame est d’une exceptionnelle qualité. Par l’excellence de son traitement et sa polychromie raffinée, cette nativité a retenu très tôt l’attention des chercheurs. Son auteur n’a pu être identifié avec certitude mais une attribution au célèbre sculpteur allemand Hans Wydyz a été envisagée.   Des objets cultuels provenant des synagogues de Saverne retracent l’histoire de la communauté de Saverne. Si un lieu de culte est attesté dès le XVIIe siècle, une première synagogue a été édifiée en 1779. Agrandie en 1835, elle est en partie détruite par un incendie en 1850 et remplacée par l’actuelle synagogue construite en 1900 et située rue du 19 novembre. Le musée présente un « pahohet » offert en 1749 à la communauté par la famille Segal. Cette pièce extrêmement rare est un des plus anciens rideaux d’armoire sainte d’Alsace. Le patrimoine castral des environs de Saverne est représenté par du mobilier archéologique provenant des châteaux-forts des environs de Saverne comme le Haut-Barr, les grand et petit Geroldseck, le Warthenberg ou l’Ochsenstein.  Deux maquettes complètent cet ensemble : la grande maquette des vestiges du Warthenberg tels qu’ils apparaissaient après les fouilles du CRAMS (Centre de recherches archéologiques médiévales) et celle de la citerne à filtration de l’Ochsenstein.

La seconde salle est dédiée au château.

D’abord résidence des princes évêques de Strasbourg jusqu’à la Révolution, puis dépendance de l’Institution de la Légion d’honneur sous le Second Empire et enfin caserne entre 1870 et 1940, le monument a perdu sa fonction initiale de résidence princière. L’incendie de 1779, les confiscations de la Révolution, les fonctions successives du château font que le musée possède très peu d’œuvres liées à son histoire. Des fragments de sculptures en pierre et des vases en fonte proviennent de l’ancien parc aménagé à l’instar de celui du château de Versailles. Des maquettes représentent les différentes étapes architecturales du château ainsi que le kiosque chinois édifié à la veille de la Révolution au milieu du Grand Canal qui traversait tout le domaine. Un grand plan du parc et des vues du château complètent la présentation.